Kamehameha: snack bar Hawaïen, Poke et histoire de SPAM!

Le poke bol est tendance à Montréal. Quand on pense que A&W et la cage aux sports se mettent à faire des pokes bols, on comprend que c’est très noté comme tendance. Le nouveau snack bar Kamehameha prend le pari que le maché n’est pas encore saturé. L’équipe derrière ce snack bar est la même que celle qui est derrière le Red Tiger. Ils ont donc de l’expérience et la connaissance pour pouvoir bien diriger le Kamehameha. Le look de l’endroit est aussi très tendance en suivant un style à l’esthétique Wes Anderson (le film Grand Hotel Budapest pour être plus précis). Visiblement, 2017 sera l’année du poke, des tiki bars et de Wes Anderson.
La carte est plutôt courte, mais ciblée pour l’ouverture de l’endroit. Plusieurs pokes dont deux options végétaliennes, beignes, smoothies, cornets de crème glacée et le snack utltime hawaïen, le spam musubi ! Un poke, à la base, c’est un plat de poisson cru assaisonné. Historiquement, les pêcheurs hawaïens utilisaient les retailles de leur prise pour concocter des snacks. Ces snacks étaient fortement influencés par des ingrédients japonais : algues, sauce soja, furikake, oignons verts, sésame. Au Kamehameha, ils sont offerts en trois tailles différentes et à prix relativement doux.
Parmi ceux que j’ai goûtés, mon préféré était le Waikiki. Fait avec du thon rouge et mariné juste avant d’être servi pour éviter de cuire le thon. Avec de l’algue (wakame), oignons verts, sésame et edamame entre autres, c’est le plus près du classique poke et c’est un mélange parfait ! Seule la présence du riz détracte du plat classique.
Le snack qui peut sembler le plus inusité est probablement celui qui va se vendre le plus. Le spam musubi (nigiri de spam grillé) est à la restauration ce que Virginie était à la télévision. Personne ne voulait admettre qu’ils écoutaient Virgnie et pourtant, c’était une émission avec une très forte cote d’écoute. C’est la même chose pour le musubi, ceci va définitivement être un plaisir coupable pour beaucoup de gens. Une grosse tranche de spam est grillée avant d’être déposée simplement sur un lit de riz enveloppé avec du nori. Le résultat est un gros nigiri qui se consomme à une vitesse éclaire. Ça peut sembler trash, mais c’est efficace, surtout pour un lendemain de veille ! Si l’origine du musubi vous intéresse, la petite histoire du spam et du musubi est plus bas dans l’article.
Pour compléter le tout, des malasadas (beignes fourrés à la costarde) et crème glacée sont offerts. Les cornets sont des gaufres en forme de poisson (taiyaki). Ça suit parfaitement la thématique et c’est top pour l’été.

Il sera intéressant de voir l’évolution du menu. Le proprio nous indiquait que le menu allait évoluer et certains plats seront ajoutés. Le menu, d’après moi, est parfait pour l’été, mais reste à voir si le menu sera adapté légèrement pour les rigueurs de l’hiver. Vraiment, le Kamehameha est une belle addition dans un quartier où l’offre culinaire n’est pas toujours au top.

Kamehameha
1190 Ste-Catherine Est

J’étais invité sans frais à cet événement.

Histoire du spam à Hawaii

Lors de n’importe quelle guerre, nourrir les soldats est toujours une logistique très complexe. Ce l’était encore plus lorsque la technologie n’était pas aussi développée qu’aujourd’hui. Lors de la deuxième guerre mondiale, l’armée américaine cherchait à offrir un apport suffisant de protéine à ses soldats. Ceci devait être facile à déplacer, à entreposer et être capable de rester comestible longtemps sans réfrigération. Le produit développé par la compagnie Hormel pour répondre à ces critères était le spam. Tenu dans une canne de 12 onces et facile à entreposer, cette protéine allait devenir une partie importante de l’alimentation militaire. SPAM est un acronyme pour SPiced hAM.
Lors de la deuxième guerre mondiale, l’armée américaine avait un contingent assez imposant à Hawaii. Ceci a permis l’arrivée du spam à Hawaii, mais ce n’est pas exactement la raison de son adoption dans la cuisine locale. La pêche à Hawaii servait à fournir la population locale en protéine. Par contre, la pêche était principalement contrôlée par des Japonais ayant immigré à Hawaii. Comme les États-Unis étaient en guerre contre le Japon, la norme était d’emprisonner tous ressortissants japonais. Or, la diaspora japonaise était trop imposante pour tous les emprisonner et les États-Unis ont plutôt sévèrement restreint la pêche en haute mer pour les punir économiquement. Ceci a eu pour effet de réduire drastiquement la source de protéine pour la population civile. Le spam, maintenant devenu facilement accessible, a rempli le vide comme source de protéine. Après la fin de la guerre, le spam était déjà bien ancré dans la cuisine locale et c’est pour ça qu’à ce jour, Hawaii est l’état consommant le plus de spam per capita !

Dans les années 80s, une certaine Barbara Funamura a fait le mariage entre deux ingrédients très appréciés par les Hawaïens: le riz et le spam. Le tout était originalement offert en forme triangulaire, similaire à un onigiri. La forme a évolué pour ressembler en un immense nigiri. Non seulement c’est un plat très apprécié par les Hawaïens, mais aussi, pour une de ses plus célèbres personnalités : Barack Obama ! Pas difficile à voir pourquoi, c’est vraiment un mélange intéressant et à essayer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *